Ville et campagne ?

Portrait de José Brito
ImprimerEnvoyer à un amiversion PDF

À proximité immédiate de la Cité Descartes, pôle éco-technologique de Marne-la-Vallée, se débat en ce moment la création d'un Parc naturel régional, le PNR de la Brie des Morins. C'est un territoire peu dense, dont l'activité est principalement agricole, mais qui a connu dans le passé des activités industrielles florissantes, le papier dans la vallée du Petit Morin, la pierre meulière autour de La Ferté-sous-Jouarre, par exemple.

C'est un territoire de ville et de campagne. De ville par l'activité de ses habitants, sujets aux migrations quotidiennes vers les pôles d'emploi que sont la ville nouvelle, Paris, Roissy - Charles-de-Gaulle. De campagne par la réalité rurale de sa production céréalière, du blé, du colza mais aussi de ses productions d'élevage ou de transformation, celle du Brie, la plus connue.

Il n'y a pas d'opposition ville/campagne au nord-est de la Seine-et-Marne. Il y a interpénétration par les proximités, les modes de vie, les échanges quotidiens. C'est un espace de grands espaces, légèrement vallonné, en interrogation sur lui-même. Soumis à la pression foncière, au déplacement de l'habitat vers l'est, accueillant souvent des populations dont on ne veut pas ailleurs ou dont les coûts, ailleurs, empêchent l'accès au logement, ses villages grossissent, ses routes s'étranglent, les équipements n'accompagnant jamais l'évolution démographique. Pas plus d'ailleurs que les dotations de l'État, dont l'évolution est soumise à un lissage très pénalisant pour ces communes et intercommunalités qui doivent faire face des besoins de services publics croissants, légitimes : ce n'est pas du superflu dont on manque ici, c'est de l'essentiel.

Faut-il se protéger contre le développent urbain, comme on l'a connu en proche banlieue, se terrer ou s'enterrer dans un terroir de beaux paysages, ou bien s'ouvrir largement aux entrepôts de logistique, aux décharges des déchets parisiens, à toutes ces activités à faible valeur ajoutée qui sont à la recherche de lieux d'accueil ?
Ou, entre ces deux extrêmes, y a-t-il une voie autre à explorer ?
Quels sont les atouts de ce territoire directement limitrophe des pôles de croissance de l'Île-de-France que sont Marne-la-Vallée et la zone aéroportuaire ? Depuis quelques années, l'initiative locale s'est tournée vers les mutations de l'économie verte.

Ici ou là, des initiatives émergent. L'éco-vallée de La Marne, projet désormais commun du Pays fertois et du Pays de l'Ourcq avec les premières productions de chanvre pour l'isolation du bâtiment... qu'il faut malheureusement faire transformer en Belgique en attendant la constitution d'une filière locale. Le bipôle Congis-sur-Thérouanne - La Ferté-sous-Jouarre dans la recherche de l'habitat de demain, d'un côté par un aménagement nouveau, de l'autre par l'identification des facteurs de transformation de l'habitat ancien en habitat durable, méthodes et procédés essentiels à la rénovation urbaine d'une grande partie de l'Île-de-France. Ici ou là encore un éco-quartier mais aussi, de plus en plus, la recherche d'un vivre ensemble qui peut conduire à des expérimentations novatrices comme à Mouroux ou à Saint-Germain-sur-Morin.

"Ville et campagne", ce thème proposé dans ce forum, ce n'est donc pas l'opposition dynamisme / conservatisme. C'est la recherche d'opportunités propres à la morphologie et aux dominantes de son territoire, opportunités qui s'inscrivent dans une recherche, commune à la ville et à la campagne, des nouvelles formes de développement économique et social, le nouveau vivre ensemble que rend nécessaire l'évolution du climat tout autant que le niveau d'inégalités et de disparités du monde actuel.

Le projet de Parc naturel régional de la Brie des Morins est une occasion de se poser ensemble ces questions et d'apporter des réponses collectives pour un projet de territoire, partagé le plus possible entre ceux qui l'habitent. Issu d'une initiative associative, repris par des élus puis délibéré par la Région Île-de-France, ce projet avait en germe une étroite collaboration entre décideurs politiques et acteurs locaux. ll s'est malheureusement refermé comme
une huître depuis et si les diagnostics menés par l'IAU sont excellents, le dynamisme social de construction du projet est inexistant. Or, ce ne sont pas des décrets du maire, ou une charte de parc, qui mettront en mouvement, ou plutôt qui amplifieront, le mouvement de mutation déjà initié spontanément . Ce projet de parc pourrait et devrait être l'occasion d'une vaste mobilisation des acteurs locaux, qu'ils soient associatifs, administratifs, professionnels, consulaires ou issus des volontés, des expériences et des savoirs-faire personnels. Pour cela le projet devrait s'ouvrir, tel un forum, irriguer le territoire d'étude, susciter les échanges et les élaborations communes tout en regardant sur ses frontières la richesse des ressources qui pourraient lui permettre de devenir un Parc naturel régional d'innovation et d'expérimentation, au sein de l'Île-de-France.

Car en effet, ce PNR dispose de voisins que d'autres pourraient lui envier, des voisins qui pourraient être des atouts. Réaménager durablement des bourgs anciens et chercher des solutions aux problèmes de déplacements en zone peu dense ? Advancity, le pôle ville et mobilité durables, est à portée de main et disposerait là d'un territoire d'innovation et de projets. Écouler après avoir transformé les produits de l'éco-bâtiment ? Les zones de forte densification sont à ses portes. Se donner la capacité de faire cesser le cercle infernal de la faiblesse de l'accès aux études supérieures ? Le campus de Descartes pourrait pénétrer le territoire, apportant ses compétences tout en offrant à ses équipes un cadre de sérénité pour la recherche déjà irrigué par les outils de transport de l'information les plus performants...

Ville / campagne seraient alors ces deux compléments qui s'apportent l'un l'autre ce que chacun possède et peut partager, au lieu de se concevoir en contradiction ou en opposition. Ils pourraient se dessiner un avenir commun en se vivant comme les deux facettes nécessaires aux évolutions du monde et où la campagne, ce ne sont pas des hectares non encore urbanisés, mais des lieux de vie, de travail, de création et d'échange.

C'est possible si la prochaine phase de préfiguration du PNR de la Brie et des deux Morin est l'occasion de créer ces synergies, à la fois avec ses forces internes et dans des partenariats avec son voisinage.

(Contribution proposée sur le site du Grand Paris, au thème "Ville et campagne" le 6 décembre 2009).

vous pouvez aussi noter l'intérêt de l'article ou le compléter en le commentant

Votre notation : Aucun Moyenne : 4.5 (2 votes)