Contribution à la commission développement économique

Portrait de José Brito
ImprimerEnvoyer à un amiversion PDF

La commission "élargie" sur le développement économique s'est réunie à la Galleria Continua à Boissy-le-Châtel le 24 novembre 2009.

Le document préparatoire, diffusé pendant la réunion, est en téléchargement sur le site des élus et du projet. Une trentaine de personnes ont participé à cette réunion où le contenu du document préparatoire a été présenté sous forme de diaporama par Infoggara.

Au cours de cette réunion je suis intervenu pour apporter une contribution au débat en cours. Je retrace ici l'essentiel de cette intervention, qui n'était ni écrite ni prévue, qui a été improvisée sur place.

J'ai voulu attirer l'attention sur plusieurs aspects :

  • le PNR ne peut être qu'un projet de territoire, dont la définition doit largement associer tous les acteurs du périmètre d'étude,
  • sa situation est exceptionnelle, à proximité des grands pôles de développement (Marne-la-Vallée et Roissy) qui sont à la fois des débouchés économiques mais aussi des points d'attraction forte pour nos populations en termes d'emploi
  • il bénéficie de voisins enviables : le plus grand pôle européen de recherche en éco-technologies à la Cité Descartes, l'Université, le pôle de compétitivité ville et mobilité durables, Advancity
  • elle dispose d'infrastructures exceptionnelles pour un territoire rural, avec la fibre optique installée par la Région Île-de-France et le Département de Seine-et-Marne, qui irrigue le territoire et pourrait à l'avenir, si l'ensemble des acteurs se mobilisent en ce sens, l'innerver,en particulier les zones d'activités et les centres bourgs commerciaux, artisanaux et à reconquérir pour le développement de l'activité tertiaire
  • enfin, ce territoire fait preuve de capacités d'innovation économiques et sociales avec l'éco-vallée de la Marne qui regroupe les Pays fertois et Pays de l'Ourcq, le réseau tourisme et terroir des deux Morins, les éco-quartiers qui sont en cours d'étude à Congis-sur-Thérouanne et à Trilport et l'expérimentation d'éco-rénovation urbaine de La Ferté-sous-Jouarre ; les initiatives solidaires à Mouroux (transport à la demande) ou à Saint-Germain-sur-Morin ; les initiatives citoyennes dans la vallée du Petit Morin pour faire vivre la mémoire meulière, le patrimoine vernaculaire, pour mettre en valeur la bio-diversité comme le fait l'association Terroirs ou l'association Secondes nature

Comme plusieurs autres intervenants, je suis revenu sur l'un des problèmes majeurs de ce territoire, qui est celui des déplacements. En effet, l'habitat s'y est développé dans les dernières décennies par mitage et rallongement des bourgs et villages, par extension des hameaux. Ainsi, une part très importante de la population vit désormais en dehors des bourgs briards, qui étaient compacts. Leur organisation, faite au fil des siècles, était adaptée aux modes de déplacement d'antan, des déplacements doux, beaucoup d'entre eux à pied. Désormais, l'étalement - voire même la conception des résidences des années 60, 70, 80, 90 et même encore maintenant (quand c'est moche et mal foutu, il n'y a pas de raison d'y mettre fin !) - ont conduit à être dépendant de la voiture et à engorger routes, ruelles, centres bourg et périphéries.

Or, le territoire d'un parc naturel régional peut être un terrain d'expérimentation. "Une autre vie s'invente ici" - dit le slogan de la Fédération des parcs : pour inventer il faut innover et expérimenter. Il se trouve que nous sommes les voisins directs du pôle ville et mobilité durables, Advancity. Quels contacts avec le pôle ? La commission n'en a pas parlé. La commission "Aménagement de l’espace, transports et maîtrise des énergies" n'évoque même pas le pôle de compétitivité, alors qu'elle formule des préconisations concernant les transports, préconisations qui pourraient peut-être être validées ou infirmées par un travail avec ce pôle. La commission développement économique en parle en ces termes "Développer l’accessibilité aux services et aux emplois, proposer des solutions innovantes, notamment pour les personnes à mobilité réduite, en partenariat avec le pôle de compétitivité « Ville et mobilité durable »". Vision qui me semble très réductrice du travail avec le pôle de compétitivité : certes, la mobilité des personnes handicapées est un sujet essentiel, mais est-il le sujet d'un pôle de compétitivité de cette ampleur ? Probablement pas : pour que la mobilité des personnes handicapées puisse être prise en compte, encore faut-il qu'il existe une offre de mobilité, et c'est bien là le souci. C'est là qu'un travail avec le pôle de compétitivité pourrait être proposé : quelles solutions de mobilité durable pour les zones à faible densité de population ? C'est en soi un sujet d'étude et notre territoire pourrait se proposer d'en être le laboratoire. Ce qui, évidemment, ne peut pas se concevoir au plan des communes du périmètre de PNR : aucune n'est assez grande pour se lancer seule dans une telle aventure. Le projet de PNR prend là un sens réel.

Un autre sujet qui a été abordé, qui devrait être un sujet de préoccupation collective, est celui de l'échec scolaire : le territoire du périmètre d'étude connaît à la fois des taux d'échec record mais aussi un niveau général de formation faible et un taux d'accès aux études supérieures très insatisfaisant. Il le cumule, en outre, avec les études supérieures les plus courtes d'Île-de-France, pour ceux qui y accèdent. Or, nous sommes maintenant limitrophes du territoire de l'Université de Marne-la-Vallée. N'y a-t-il pas là de quoi alimenter un "Grenelle" de la réussite scolaire au niveau du PNR ? Ou allons-nous nous contenter d'admettre que les habitants de ce territoire sont inadaptés à la scolarité ? Sûrement pas. Cette situation dont on ne peut pas se satisfaire, si on a pour ce territoire l'ambition d'en faire un territoire d'excellence à l'avenir, interpelle, au premier chef, les élus.

Car il peut avoir nombre d'atouts. Sa position, comme décrit dans les items ci-dessus, mais aussi l'irrigation par la fibre optique, ou encore les activités culturelles nouvelles qui s'y développent. On ne peut pas avoir fait une réunion de la commission à la Galleria Continua et ne pas réfléchir sur les développements de la société de la connaissance et sur les modèles économiques qu'elle sous-tend. L'agriculture n'a d'avenir que dans la connaissance qui permet de l'adapter aux exigences du développement durable mais aussi de créer les nouvelles valeurs ajoutées, par la transformation des produits, avec les exigences de durabilité, de qualité et de santé. Les métiers du futur, on ne les trouvera pas dans l'hypothétique retour des métiers d'antan qu'on expose désormais dans les fêtes de village ou au musée de Saint-Cyr-sur-Morin. On les trouvera dans les nouveaux métiers qui pourront se développer grâce au déploiement de la fibre optique, grâce à la transformation des compétences de nos entreprises du bâtiment et des travaux publics, grâce au développement des activités culturelles et au tourisme, grâce au développement de services nouveaux et innovants. "Une autre vie s'invente ici", à condition de se donner, collectivement, comme projet d'inventer et d'expérimenter. Sinon, le PNR pourrait tout aussi bien n'être qu'un document d'urbanisme sans substance, pour une campagne nostalgique du passé révolu.

En permettant le regroupement, au sein d'un syndicat mixte, de toutes les communes du territoire, le PNR peut être un atout pour dynamiser le développement économique de ce territoire, en ayant une représentation et des moyens qu'aucune des communes du parc ne peut envisager seule. Tourisme, éducation, services, entreprises de l'économie de la connaissance, savoirs-faire traditionnels d'artisanat ou de transformation de productions agricoles, innovation dans l'éco-bâtiment, valorisation de l'histoire locale, protection et mise en valeur de la biodiversité, connaissance, protection et mise en valeur des paysages, territoire d'expérimentation en partenariat avec Advancity... ce ne sont pas les pistes qui manquent et quelques-unes sont particulièrement bien définies dans les quelques contributions citoyennes reçues par le site du projet de PNR.


  • mettre en place un partenariat avec Advancity, le pôle "ville et mobilité durables" à la Cité Descartes, sur la problématique des transports sur le thème : quelles solutions de mobilité durable pour les zones à faible densité de population ?
  • mettre en place un "Grenelle" de l'enseignement pour mettre fin à la faiblesse de la réussite scolaire et de l'accès aux études dans le territoire du projet de PNR
  • rechercher les moyens de développement d'une économie de la connaissance profitant de la fibre optique et des atouts naturels, paysagers et patrimonieux du territoire

  • faciliter la transition vers une expertise locale en éco-bâtiment, en s'appuyant sur les initiatives déjá en cours (éco vallée de la Marne, éco-quartiers, projets NQU (nouveaux quartiers urbains), cabinets d'architectes spécialisés développement durable, CFA du bâtiment d'Ocquerre...)

vous pouvez aussi noter l'intérêt de l'article ou le compléter en le commentant

Aucun vote pour l'instant.